Partager sur facebook

Connexion



Malle en bois Envoyer
Lundi, 25 Janvier 2010 01:00

Les malles  tirent  leurs  origines des coffres  anciens.
Lorsque l'on construit un coffre, on ne se soucie pas de son poids, le but  est qu'il soit éventuellement  déplacable  mais on ne voyageait pas  avec.
On le fait costaud pour pouvoir s'assoir  dessus, par exemple  ..
A  l'époque  du coffre, on  scie à la main, on rabote à la main  .

Le coffre, qu'il soit à grain, de mariage ou de stockage de linge, il  pouvait, selon l'aisance et les origines de son propriétaire, être  réalisé en chène,  en noyer pour les plus riches, ou en sapin  pour les moins pourvus.
Parfois, en chataignier ou en fruitier,  pour  des applications plus professionelles.
On trouve également, pour les coffres  de marine, de l'acajou  et du camphre  .

La malle  répond, à l'epoque,  à un cahier des charges différent.  Certes, la norme  iso  n'existe pas,  mais tel qu'elle le définit  de nos jours  :  la qualité, c'est fournir le produit  correspondant  au  besoin exprimé par le client .
A  l'époque, on ne sait pas  ce qu'est une norme  mais on n'est pas  bête  pour  autant  et on sait  donc écouter le besoin. 

On souhaite  faire  un "bagage", un  emballage, léger  et  suffisamment  résistant  aux conditions de transport de l'époque .
Imaginez  les chocs  que subit une malle  sur  une diligence, dans un train  puis  dans les paquebots  ..
On a donc  adapté le  produit  aux besoins ..
Le bois  le plus adapté à la fabrication d'une malle est  le peuplier.  D'une part,  c'est le bois le  plus  léger  possible et, d'autre part,  il  est  souple et  comme son nom l'indique, il  peut plier .
Pour  compenser  sa  moindre  résistance  par  rapport  aux bois  lourds, qui eux cassent  sous un choc  dysimétrique,  on gaine,  renforce  la malle  de lattes  souvent en hêtre,  on protège les arêtes par des cornières en métal, en cuir ou en lozine  et surtout  on protège les coins de  l'objet  de façon à ce qu'il  ne casse pas sous  un choc.

En France ,  Louis Vuitton, Goyard, Hermès, Moynat,  Aux Etats-unis, Au Départ  fabriquent  tous  en peuplier   massif  ou en contre-plaqué de peuplier  selon l'époque.

En  Allemagne, Suisse,  Autriche...   On  construit  également en peuplier,  mais en adaptant  les techniques de cintrage à l'étuve  et en utilisant  l'ancêtre de nos contre-plaqués  ou de  notre  lamellé-collé.

Quelques  exceptions : On trouve cependant  2 ou 3  constructeurs qui, sur une partie de leur gamme,  construisent   en allégeant  encore  la structure .. Cadre en peuplier,  qu'ils recouvrent de papier  journal  verni...  l'ensemble  étant  recouvert  de toile  enduite.

On trouve également des malles anglaises où le bois est remplacé par de l'osier et l'ame de la malle est  faite d'osier recouvert de toile enduite.

Aux  Etats-Unis
Le principe  de constuction  est  différent... on construit  avec des sections  de bois  beaucoup plus épaisses.

En Europe
Le  10 mm  est  une quasi  règle, aux USA,  on construit  avec  du pin, du pichpin  et  en  epaisseur  de 15, le plus souvent .
En gros, les américains  construisent  leurs malles  comme des chars d'assault... Elles font la plupart du temps  le double du poids d'une malle en Europe.
 

Pour laisser un commentaire vous devez vous inscrire et être connecté.

Qui est en ligne ?

Nous avons 61 invités en ligne

Recherche